Que des excellents profs pour le pacte d’excellence?

Est-ce que le pacte d’excellence n’a besoin que d’excellents profs? Je me pose réellement cette question, car nous sommes en pleine pénurie de profs de langue. Je pense sincèrement avoir les compétences pour pouvoir intégrer le vivier, mais cet accès m’est interdit, car je n’ai pas l’agrégation. C’est donc de dépit que je bondis sur mon blog pour témoigner et éventuellement faire entendre ma voix.

Il y a un déficit cruel de profs de langue. Là, je me dis que je pourrais très bien aider. En effet, je suis diplômé en sciences-politiques de l’ULB, je parle un tas de langues 1 j’ai réussi des examens universitaires en anglais et néerlandais, j’ai une carrière internationale 2, j’ai 23 ans d’enseignement dans le sport derrière moi, j’ai enseigné dans des écoles internationales dont le prestigieux Collège Alpin Beau-Soleil, mais…

Mais voilà ce qui me fait bondir: je ne peux pas dépanner dans l’enseignement de la fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, je n’ai pas le sésame: l’agrégation. Surtout, les directions des écoles n’ont plus le pouvoir d’engager quelqu’un qui a mon profil pour remplacer un prof malade ou qui n’est pas encore recruté. Attention, je ne dis pas que je serais un prof parfait. Je dis que je suis motivé et je pense être capable de suivre le programme, de donner l’envie aux ados ou encore d’être un remplaçant de qualité depuis le banc de touche.

De mon côté, je ne cherche pas à faire une carrière complète dans l’enseignement. Seulement, j’ai régulièrement des périodes de disponibilité. Depuis plusieurs années, j’entends que durant ces périodes, il faudrait des encadrants pour les enfants ou les ados. De nouveau, je ne veux absolument pas dénigrer le métier de prof ou encore imaginer qu’il n’y a pas de difficultés à surmonter. Je ne veux pas non plus prendre la place de quelqu’un… Seulement, ce quelqu’un n’y est pas. Des gosses vont se retrouver en « étude » pour une durée indéterminée, car ce monsieur Machin ou madame Unetelle ne viendra pas enseigner, vu que cette personne n’est pas encore recrutée.

Je n’ai aucune idée du nombre de personnes qui seraient capables de donner cours pendant 3 ou 4 semaines ici ou là, mais si la possibilité n’est pas donnée aux directeurs d’engager des personnes qui ont mon profil, les ados n’auront tout simplement pas cours. Qu’est-ce qu’il vaut mieux? Un « prof » motivé et épaulé par la direction de l’école qui l’emploie, mais sans sa précieuse agrégation ou pas de prof? Ne peut-on pas imaginer un système de profs intérimaires qu’on peut appeler dès qu’on en a besoin?

L’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles n’est pas la meilleure pour l’enseignement des langues. Je suis justement quelqu’un qui a réussi sa carrière grâce aux langues. Sans ces dernières, je n’en serais pas là où j’en suis. Or, cette chance, je l’ai eue grâce aux excellents profs qui m’ont poussé à devenir trilingue 3. Je ne serai pas l’un de ceux-là, car je n’ai pas leurs compétences techniques. Seulement, si je pouvais juste aider à passer le relais, à empêcher que les élèves soient sans prof et leur montrer que les langues sont importantes, j’en serais ravi.

Avec la capitale de l’Europe au centre de notre fédération, combien sommes-nous dans mon cas? Combien de bilingues, trilingues, quadrilingues avec un diplôme d’études supérieures pourraient venir prêter main forte? C’est un pacte de sortie de crise qu’il faudrait et non un pacte d’excellence, un pacte d’entraide qui doit être régulé sur le terrain avec les acteurs directement concernés. Un principal qui a 2000 élèves sous sa responsabilité n’est-il pas capable de recruter? Apparemment pas.

C’est la destinée des jeunes qui est en jeu et, actuellement, elle ne se présente pas sous l’angle de l’excellence.

  1. Hongrois, Anglais, Espagnol, Néerlandais, Allemand, Italien
  2. Suisse, France, Tunisie, Maroc, Bulgarie, Hongrie…
  3. Honorez, Roland, Schelstraete, Ysebaert par ordre alphabétique du Collège Saint Vincent, Soignies.

2 pensées sur “Que des excellents profs pour le pacte d’excellence?

  • 7 septembre 2018 à 8 h 29 min
    Permalink

    je crois que l’on pourrait mettre un sourd muet comme prof de langue, on arriverait au même résultat qu’avec bien des profs en fonction actuellement …
    mon gamin a appris plus en 2 jours de Netflix qu’en 2 ans de cours d’anglais.
    l’enseignement des langues (et l’interet du néerlandais 2eme langue) est entierement a revoir en Belgique

    Répondre
  • 10 septembre 2018 à 14 h 20 min
    Permalink

    Comprenez, Monsieur, que cette réforme des titres et fonctions ne vise évidemment pas à l’excellence des enseignants recrutés, mais bien à une précarisation du statut de fonctionnaire.
    En effet, vous pourriez être recruté, mais seulement en titre de pénurie. Il faudra à la direction démontrer qu’elle n’a pas su trouver de personne ayant le titre requis ou suffisant. Premier obstacle. Ensuite, vous serez payé, pour la même charge horaire, un barème inférieur à vos collègues possédant le bon papier (je parle du diplôme). Deuxième obstacle.
    Enfin, vous vous retrouverez dans une situation où n’importe quel nouveau venu pourra s’accaparer votre place sur simple démonstration de son beau diplôme requis. Dernier obstacle.
    Vous n’êtes pas le seul à posséder un CV en béton, des compétences en or et une motivation d’acier, mais désormais il faut non de l’excellence, mais faire des économies et avoir des titres pour enseigner. Autant vous dire que de nombreux professeurs, actuellement en charge et appréciés des élèves, ne pourraient tout simplement plus mener leur carrière s’ils devaient entrer en fonction aujourd’hui.
    Tout ça sert-il la qualité de l’enseignement? Je crois, au contraire, que cela empêche les élèves de rencontrer des « profils hors-normes », ce qui est, à mon avis, un vrai manque à gagner pour eux, c’est-à-dire pour nous tous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils