Installer Archlinux en 15 minutes

Bon,  j’ai un peu déformé la vérité. Il faut environ 25 minutes pour tout installer. 15 minutes, cela permet d’avoir juste Archlinux sur son disque dur. Il reste 10 minutes pour configurer le reste. Cependant, si tu te demandes si Archlinux est compliqué à installer, la réponse est NON!

Un peu de geekitude pour se lancer dans Archlinux. Pour information, c’est une version de Linux qui s’installe en lignes de commandes, bref, pour les utilisateurs qui « savent » ce qu’ils font. Pourtant, je trouve que c’est quelque chose de très simple à faire, ce n’est pas si rébarbatif. Pour faciliter l’article, je prends comme départ que le cher lecteur que tu es possède déjà une clef USB ou un cd d’installation que tu peux trouver ici et que tu es connecté à internet (en filaire, c’est le plus simple). C’est une méthode qui efface l’entièreté du disque dur et qui ne tient pas compte de ton clavier et de ton fuseau horaire.

Ensuite, je souligne le fait que je ne suis pas un informaticien qualifié et que donc j’ai tout appris via le site d’installation officiel (rébarbatif pour les noobs) ainsi que sur wikihow (pas à jour au 2018/07/14). Tandis que pour bien comprendre les notions  d’utilisateurs et de groupes, c’est sur un openclassroom que j’ai trouvé toutes les informations.

J’en profite également pour signaler que si tu ne comprends pas vraiment ce que tu fais, je te conseille plutôt antergos pour faire tes débuts sur archlinux, car tu devrais arriver au même niveau qu’un OS tradiontionnel (Win ou MacOs)

C’est parti:

Avoir un système fonctionnel et rapide se fait en cinq étapes: formatage du disque en plusieurs partitions, montage des partitions, installation d’Arch, installation de l’amorce Grub, installation d’un gestionnaire d’un environnement graphique et de connexion.

Enfin, je rappelle que toutes les commandes sont faites pour un réglage des plus communs. Par exemple, le disque dur est sda. Le but d’un OS comme Archlinux est d’apprendre et de chercher, donc il se peut que cela ne fonctionne pas exactement chez toi, cher lecteur, à toi de partir à la recherche de tes réponses. Ici, le but est de débroussailler la route et de faire une installation rapide et simple. Je pense que c’est une première approche efficace d’Archlinux.

Allez, on introduit sa clef usb Archlinux après s’être assuré que le démarrage se fait à partir de là et on allume l’ordi:

  • Formatage du disque et création du Swap

On commence par effacer toutes les partitions du disque sda

cfdisk /dev/sda

Sélectionner « dos », deleter les partitions, confirmer par « write »  et quitter.

Il reste à formatter, ce qui est très simple : sda 1 de 35G (être à l’aise) pour le /, sda2 de 4G pour le Swap, sda3 pour le reste. C’est la commande mkfs qui va être utilisée (pour les tailles des partitions repasser par la commande cfdisk /dev/sda) :

mkfs.ext2 /dev/sda1
mkfs.ext4 /dev/sda2
mkfs.ext4 /dev/sda3

Création du swap

mkswap /dev/sda2
  • Montage des partitions

Monter la partition et création du dossier /home dans lequel le système sera installé

mount /dev/sda3 /mnt
mkdir /mnt/home

Activation du Swap

swapon /dev/sda2

Monter le boot

mkdir /mnt/boot && mount /dev/sda1 /mnt/boot

  • Installation Archlinux

Attention, ici il faut utiliser pacstrap et non pacman tout simplement pour que les paquets soient installés sur le disque dur et non sur la clef USB. De plus, on profite pour installer les paquets pour l’utilisation d’AUR, (les paquets crées par la communauté archlinux)

Commençons par les paquets de base et AUR

pacstrap /mnt base
pacstrap /mnt base base-devel

Ensuite configurons le système

générer fstab

genfstab -U -p /mnt >> /mnt/etc/fstab

chrooter le système (tutoriel ici)

arch-chroot /mnt

nommer la machine

echo NomDeLaMachine > /etc/hostname
echo '127.0.1.1 NomDeLaMachine.localdomain NomDeLaMachine' >> /etc/hosts

passer en français

aller dans le fichier local pour trouver les langues, décommenter celle que vous voulez utiliser (fr_Fr.UTF-8), mettre à jour, puis modifier locale.conf

nano /etc/locale.gen
locale-gen
echo LANG="fr_FR.UTF-8" > /etc/locale.conf

Créer un fichier init qui contient la partie matérielle de votre ordinateur

mkinitcpio -p linux

mot de passe de root

passwd
  • Installation de Grub
pacman -S grub

Il s’installe à la racine du disque dur sda

grub-install --target=i386-pc --no-floppy --recheck /dev/sda

configurer grub

grub-mkconfig -o /boot/grub/grub.cfg

 

DHCPCD à chaque démarrage (pour la configuration automatique de l’adresse IP)

systemctl enable dhcpcd

Sortir de Chroot (ctrl+D) et démonter le tout

umount -R /mnt

C’est le moment d’éteindre, retirer la clef USB, redémarrer.

Se créer en tant qu’utilisateur et ajout dans le groupe « wheel » qui permettra d’être considéré comme administrateur

useradd -g wheel -m nicolas
passwd nicolas

Modification de sudoers file (tuto utilisation ici)

visudo

Il faut simplement décommenter (retirer le dièse) devant la ligne autorisant les membres du groupe wheel à exécuter toutes les commandes (%wheel ALL=(ALL))

Pour y arriver: descendre jusqu’à la ligne, appuyer sur la touche « insert » faire la modification, appuyer sur la touche « esc » puis enregistrer et sortir en tapant :wq ( write and quit).

  • Installation environnement graphique

On commence tout d’abord par installer Xorg.

pacman -Syu xorg
pacman -Syu xorg-xinit

Plusieurs environnements graphiques sont disponibles sur le wiki officiel Archlinux ici, perso, j’ai choisi Xfce, car il est très léger. J’ai installé avec les goodies. Pour info, pacman -Syu installe un nouveau paquet tout en mettant le système à jour. Voir la documentation sur pacman.

pacman -S xfce4
pacman -S xfce4-goodies

Petit test de fonctionnement en lançant (utiliser les paramètres par défaut)

startxfce4
  • Installation gestionnaire de connexion

Plusieurs sont disponibles ici. J’ai choisi lightDM pour sa sobriété. Attention, il a besoin d’un « greeter »

pacman -S lightdm
pacman -S lightdm-gtk-greeter

Éditer le fichier xinitrc pour que le gestionnaire de connexion lance l’environnement graphique

nano ~/.xinitrc

Ajouter la ligne

exec startxfce4

Test de fonctionnement

systemctl start lightdm.service

Si tout est bon, alors on peut automatiser slim au démarrage

systemctl enable lightdm.service

Et voilà, il ne reste pluka personnaliser le tout en commençant par les 10 choses à faire après avoir installé Archlinux. Bon amusement et surtout bienvenue dans la communauté Archlinux.

 

Une pensée sur “Installer Archlinux en 15 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils