Another day another adventure

Depuis quelques semaines, j’avais à nouveau tenté une défacebookisation comme je l’ai déjà essayé plusieurs fois. Évidemment, cela n’a pas fonctionné. Seulement, cette fois, ce n’est pas réellement parce que je suis addict aux réseaux sociaux. Non, ce sont plutôt les copains qui m’ont demandé des nouvelles. J’étais étonné à quel point ces quelques photos ou humeurs étaient suivies par mes proches.

Je me suis également rendu compte que depuis que j’ai achevé mon master à l’ULB il y a deux ans, je n’ai pas écrit grand-chose, ni même fait d’analyse politique en dehors du bar. Bien sûr, j’ai eu beaucoup de boulot avec l’ESS et mon poste de cadre. Je pourrais trouver au moins une autre centaine d’excuses pour ne pas avoir alimenté mon blog, mais ce serait de mauvaise fois. Je n’ai rien écrit, car j’étais paresseux de l’écriture.

Depuis des semaines, je dirais même des mois, je me suis dit qu’il faudrait que je m’y remette. Voilà qui est fait. J’ai besoin de retrouver un rythme de production de textes, j’ai des tas de choses tout à fait inutiles à exprimer et j’ai également envie de pouvoir écrire des choses plus sérieuses. Je me dis que cela ne peut que me faire du bien de recommencer à donner mes opinions farfelues. #OuPas

Alors que mon premier roman « Le Pacte des Promesses » va bientôt être imprimé et mis en vente, je sens encore en moi d’autres histoires qui sont en train de naître. Avec les encouragements d’amis proches et d’autres copains ou copines plus éloignés, mais des supports infaillibles de mon style, j’ai décidé de m’y remettre.

Je ne connais pas encore la tournure des mots que je vais choisir, mais j’ai bien l’intention de m’amuser à faire valser les mots et les termes exacts pour être tantôt mordant, tantôt cynique et, espérons le, tantôt comique. J’espère très sincèrement que les quelques lignes qui se retrouveront dans mes billets vous feront autant plaisir à lire qu’à moi à les écrire. Quoiqu’il arrive, je reste fidèle au principe de « another day another adventure »

Un seul mot d’ordre : on va se marrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils