5

Kamikazes, vraiment?

Tous les jours, nous avons droit à des attaques contre la coalition kamikaze. Chaque matin, il y a un ténor de la vie politique francophone qui fait son grand déballage pour nous mettre en garde contre le démantèlement du pays, les vilains NVA ou encore le traître Michel. On serait en temps de guerre, qu’on hésiterait pas à ressortir les pelotons d’exécution.

Je suis né en 1973 dans le Hainaut, d’un papa ouvrier et d’une maman immigrée. Cela fait quarante ans que j’entends que c’est la crise et que les dangereux capitalistes font tout pour assassiner le petit peuple en l’exploitant au profit de bénéfices plantureux. Il est vrai que le coup des intérêts notionnels, la gestion calamiteuse du naufrage bancaire et le fait qu’aucun pays européen n’ait mis la taxe Tobin en place donnent de l’eau au moulin de ceux qui tiennent ce discours.

En attendant, j’ai vu quoi? Un fatalisme autour du chômage, une montée en puissance du travail au noir, une déresponsabilisation de la part du politique, une tentative constante de sauver les meubles.  Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir reçu des subsides… Objectif n°1? Rénovation du cadre de vie. T.G.V.? Pendant que le nord du pays créait la dorsale Paris, Bruxelles, Amsterdam au lieu de faire celle vers Cologne et le marché allemand, les wallons se battaient pour le tracé et rénovaient la gare de Namur. Cela ne sert à rien de revenir sur les ascenseurs de Strépy, sur le puits sans fond de la métallurgie wallonne ou sur l’état de nos routes…

Alors quand je vois qu’il y a un Charles Michel qui a le courage de mettre ses couilles sur la table pour dire qu’il y a des wallons qui en ont marre du clientélisme, de la mauvaise gouvernance, du nivellement par le bas ou du communautarisme, je ne peux qu’applaudir des deux mains. Attention, je ne suis pas un lapinou né de la dernière drache et j’attends de voir les résultats des négociations. De plus, je ne sous estime pas le fait que les enjeux des futures élections ainsi que les ambitions personnelles ont un rôle prépondérant.

Maintenant à ceux qui estiment que la NVA veut le démantèlement du pays et va y arriver, je vais répliquer une chose très simple. Pour faire une réforme de l’État, il faut toucher à la constitution. Or, celle-ci ne peut-être révisée que dans un cadre bien défini par le législateur:

  1. Déclaration de révision qui liste les articles susceptibles d’être modifiés.
  2. Dissolution des chambres.
  3. Organisation élections législatives dans les quarante jours.
  4. Les nouveaux élus sont les seuls à pouvoir réviser la constitution

Sous condition d’avoir une double majorité: 2/3 des membres présents et vote acquis à la majorité des 2/3. Comme vous pouvez le constater par vous-même la NVA a obtenu 33 sièges sur les 150. En plus, il faudrait revoter… et spéculer sur le fait que la majorité des flamands désirent la fin de la Belgique. Arrêtons le politico-politique ridicule, s’il vous plaît!

répartition des sièges Belgique 2014Si on prend la définition du kamikaze selon le Larousse,

En 1944-45, pilote japonais volontaire pour écraser sur son objectif un avion chargé d’explosifs; cet avion lui-même, dit aussi avion-suicide. (Au nombre d’un millier environ, les kamikazes causèrent de très lourdes pertes à la marine américaine.)

cela voudrait dire que l’ensemble de la coalition serait composée d’hommes et de femmes qui seraient prêts à ruiner leur carrière dans le but de détruire la Belgique… Je me permets ici d’émettre un minuscule léger petit doute de la taille de l’univers par rapport à cette possibilité.

Je pense plutôt qu’il y a un très gros challenge à relever au niveau du MR qui va devoir trouver un juste équilibre pour apaiser les tensions communautaires et engager les réformes économiques nécessaires sans déclencher les mouvements sociaux promis par ses détracteurs. Ce défi est également valable pour les autres partis de la coalition qui n’oublient pas non plus les échéances des prochaines élections. Paradoxalement, la réussite pourrait éventuellement affaiblir la NVA qui a refusé de prendre ses responsabilités et renforcer la famille des libéraux, donc l’Open VLD, si les changements de politique sont efficaces. Enfin, l’aile gauche du CD&V pourrait favoriser le dialogue social avec les syndicats et maîtriser la droitisation de la politique tant attendue par les ennemis de la coalition pour déclencher les bras-de-fer. Pour finir, le fait que les prochaines élections n’aient lieu qu’en 2018 peut jouer en leur faveur, car ils auront le temps de travailler sans rentrer en campagne rapidement.

Monsieur Charles Michel est couillu, reste à savoir si on criera au génie ou s’il sera pendu haut et court.

P.S. Ceux qui ont réellement peur de l’ennemi flamand doivent relire mon article sur la propagande et seraient bien inspiré de lire la presse du nord du pays chaque jour quitte à devoir se mettre au néerlandais.

Profile photo of Nicolas

Nicolas

5 Comments

  1. le socialisme a eu 40 ans pour montrer sa capacité … sans résultat retentissant …
    laissons un peu la droite s’essayer avec ses solutions et laissons lui le bénéfice du doute.

    Quand a ce qui est de la NVA, ce n’est pas en l’écartant qu’on la combatteras, mais en l’impliquant dans un projet auquel elle contribueras.
    l’optique du PS vis a vis de la NVA est tel qu’elle meneras inexorablement a la séparation, contrairement a celle du MR … (oui, c’est risqué, mais les probabilité de réussite sont bien plus grande.

    • Je pense effectivement que nous pouvons laisser le bénéfice du doute aussi bien au MR qu’à la coalition suédoise. Surtout que dans le cadre constitutionnel, je ne vois pas comment nous pourrions arriver à la séparation de la Belgique.
      Merci pour ton commentaire.
      Nico

  2. Comme tu l’as souligné, afin de modifier la Constitution il faudra de toute manière passer par la case élection. Cela ne sert à rien actuellement de faire des plans sur la comète. J’irai même jusqu’à dire que si les élections donnent gagnant les séparatistes, il faudra à ce moment – là se poser la question.
    Mis à part cela, en revenant à la problématique de départ, les opposant à cette future majorité jouent sur deux choses: la peur de l’autre et la méconnaissance des mécanismes politiques belges.
    Et ça, pire que l’idéologie vieillissante c’est cette façon de manipuler la population que je ne peux pas accepter.

    • Eh oui Julien, je suis d’accord avec toi, c’est bien pour ça que maintenant que nous sommes toi et moi politologues, nous devons expliquer et démonter les mécanismes menant à la manipulation et aux mensonges.
      Nico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *